Selon le baromètre du numérique près de 13 millions de Français sont éloignés du numérique (étude menée en 2017 par le CREDOC). La crise sanitaire liée à la Covid 19 ayant accéléré la digitalisation de notre société et renforcé la dématérialisation de nombreuses tâches, l’inclusion numérique constitue aujourd’hui un fort enjeu sociétal. Nous allons revenir avec notre invité Stéphane Gardé sur cet enjeu.

Qui est Stéphane Gardé ?

Employé de l’Éducation Nationale, il est intervenu dans des centres de rééducation auprès d’élèves malades ou hospitalisés. Il a ensuite intégré un service pour la scolarisation des enfants du voyage, sa mission était d’accompagner ces publics vers la scolarisation. Puis, il a rejoint le Centre Ressources Illettrisme d’Auvergne (CRI) en tant que chargé de projets numériques. Stéphane est désormais consultant formateur en inclusion numérique.

De quoi parle-t-on ? Qu’est-ce que l’illectronisme et l’inclusion numérique ?

L’illectronisme

Le terme d’illectronisme est apparu en 1999, on parle aussi d’illettrisme numérique.

L’illectronisme considère 2 types de difficultés :

  • celles liées à la pratique et à la manipulation de ces nouveaux outils
  • celles liées au contenu et à la vérification des informations véhiculées

L’inclusion numérique

« L’inclusion numérique vise à rendre le numérique accessible à chaque individu, et à leur transmettre les compétences numériques qui leur permettront de faire de ces outils un levier de leur insertion sociale et économique. Cette lutte pour l’inclusion numérique a un double objectif :

  • Réduire les inégalités et les exclusions sociales en mobilisant le numérique comme un levier de transformation individuelle et collective.
  • Développer la littératie comme référentiel commun et évolutif de compétences. »
Source : rapport citoyens d’une société numérique pour une nouvelle politique d’inclusion, émis par le conseil nationale du numérique de 2013

La littératie numérique est une compétence qui consiste à participer à une société qui utilise le numérique au travail, dans les administrations, l’éducation, les domaines culturels, les loisirs ou encore dans les foyers. La crise sanitaire depuis 2020 a vu se renforcer la place du numérique.

On peut parler de 3 grandes compétences en littératie numérique :

Illectronisme

L’objectif de la littératie numérique est d’acquérir pour tous les citoyens une culture numérique.

Les compétences de base numériques passent par 4 axes (Cf référentiel CLEA domaine 3) :
  1. L’acquisition des compétences de base de l’informatique (équipement)
  2. La maîtrise de la bureautique (le traitement de texte et le tableur)
  3. L’utilisation d’Internet
  4. L’utilisation de la boite de messagerie électronique

Quels sont les publics concernés ?

En 2017 selon le baromètre numérique, on estimait à 13 millions le nombre de Français en difficulté avec le numérique et près de 40 % d’entre eux inquiets à l’idée de réaliser une démarche administrative en ligne.

Aujourd’hui selon le baromètre du numérique de 2020 (paru en juin 2021),  les freins persistent : 35 % des Français éprouvent au moins une forme de difficulté qui les empêche d’utiliser pleinement les outils numériques et Internet.

Les personnes concernées par ces difficultés ont des profils variés : jeunes, seniors, en situation d’illettrisme ou non.

Comment lutter contre l’illectronisme ?

3 niveaux d’accompagnement sont distingués :

  1. Les urgences numériques pour accompagner les publics concernés vers l’inclusion numérique en autonomie
  2. L’inclusion numérique pour apprendre en étant accompagné
  3. La montée en compétences pour augmenter le pouvoir d’agir, comprendre et entreprendre dans la société numérique en autonomie.
Source : rapport stratégique nationale pour un numérique inclusif, mai 2018

Quel que soit le profil, il est important d’accueillir, diagnostiquer, accompagner et orienter les publics en situation d’illectronisme. Les acteurs de l’inclusion numérique peuvent s’appuyer sur plusieurs outils (Pix …), des dispositifs spécifiques (APTIC, Aidants Connect)  ou des réseaux et lieux dédiés (Hubs) et acteurs de la médiation numérique.

Inclusion numérique

Quelle démarche pour aider ces apprenants ?

Il est essentiel de valoriser les personnes afin de restaurer leur confiance en soi et susciter le désir d’apprendre par la mise en avant des savoir-faire déjà acquis.

Pour cela, il est indispensable de tenir compte des envies des personnes en difficulté et pas seulement des besoins de la société, par exemple en travaillant sur les centres d’intérêt personnels.

Comment la plateforme GERIP Compétences peut-elle accompagner les publics en situation d’illectronisme ?

Lancée en 2020, notre plateforme d’apprentissage en ligne permet à la fois de positionner des apprenants et de proposer des parcours d’entraînement sur-mesure à travers divers modules (CléA, Remise à niveau des savoirs de base, Français Langue Étrangère).

Concernant l’inclusion numérique, GERIP Compétences propose une évaluation sur les compétences de base numériques et près de 9 heures d’exercices pour travailler en autoformation en lien avec le domaine 3 de la certification CléA.

Le module CléA « inclusion numérique » contient 6 entrées pédagogiques :

  • Fonctions de base d’un ordinateur
  • Traitement de texte – Gestion de documents
  • Recherche sur Internet
  • Messages Courriels
  • L’univers numérique
  • Identité numérique, sécurité et règles dans la société numérique

Les exercices mettent en situation l’apprenant, celui-ci peut s’aider de l’oralisation des consignes pour bien les comprendre.

Inclusion numérique

Nous remercions Stéphane Gardé, d’avoir animé ce webinaire. Si vous souhaitez un complément d’information sur « l’inclusion numérique » stephane.garde@mailo.com